Enquête sur la mémoire de l’esclavage sur le territoire de Bordeaux

Le développement de la Ville de Bordeaux au 18e siècle est en grande partie dû au commerce triangulaire (la traite négrière) et au commerce en droiture (transports de denrées coloniales). Bordeaux fut en effet l’un des principaux port négrier en France, et le 1er port colonial. La Ville a engagé il y a plus de 10 ans un important travail de mémoire, car comme le disait le très regretté  Aimé Césaire, "le racisme a commencé avec la colonisation car il a fallu légitimer cette entreprise".
Ce travail s’est traduit par différentes actions. Mais aujourd’hui, la ville de Bordeaux veut aller plus loin. Alain Juppé a donc confié le soin à une commission d’experts de lui faire des propositions pour poursuivre et amplifier ce travail. Cette commission a souhaité être à l’écoute des demandes du grand public, c’est la raison pour laquelle elle a élaboré ce questionnaire dont le temps de réponse ne prend que quelques minutes.
Nous vous remercions par avance du temps que vous pourrez y consacrer.
 

La politique mémorielle menée à Bordeaux
Représenter, montrer, figurer l’esclavage
(plusieurs réponses possibles)
(plusieurs choix possibles)
Effets et impacts de la connaissance de la mémoire
(plusieurs réponses possibles)
Vous
ans

Cette étude respecte les directives de la Commission Nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). Toutes les données récoltées sont anonymes et protégées.